top of page
  • Photo du rédacteurStanislas Coupez

Charles de Gaulle


Charles De Gaulle est né le 22 novembre 1890 à Lille. Il est le troisième fils d’Henri de Gaulle et de Jeanne Maillot.


Charles fera ses études à la prestigieuse école militaire de Saint-Cyr, fondée en 1802 par Napoléon 1er. Juste avant, il était allé au collège Stanislas, pour une année de préparation.


Et si je vous disais que, une fois adulte, il avait été sous les ordres du maréchal Pétain (qui était à l’époque colonel) !


Pendant la Première Guerre mondiale, Charles et ses frères partent à la guerre. Charles va gravir peu à peu les échelons du pouvoir. Il est d’abord nommé lieutenant, puis capitaine, et enfin adjoint du commandant du 3e régiment d’infanterie.


C’est en 1916 que Charles est fait prisonnier par les Allemands. Et là, je peux vous dire que ça ne lui a pas plu ! Lui et quelques autres prisonniers s’évadent de la prison… mais sont rattrapés quelques jours plus tard. C’est ballot !


Et ce n’est pas la seule fois qu’il essaie de s’évader. En 2 ans et demi, il aura essayé cinq fois, sans jamais réussir. Il sera donc transféré de camp en camp. Il est finalement libéré à la fin de la guerre.

En 1921, il épouse Yvonne Vendroux, qui sera sa femme et son amie fidèle jusqu’à la fin de sa vie.


Ils auront ensemble plusieurs enfants dont une fille trisomique, Anne. Sa mort à seulement 20 plongera leurs parents dans le désespoir.


Mais ce désespoir a maintenu ce couple très soudé tout au long de leurs vies.


Mais c’est pendant la Seconde Guerre mondiale que De Gaulle va vraiment s’illustrer. Quand la guerre éclate, il est colonel.


Mais tout change avec l’armistice du 22 juin 1940, lorsque le maréchal Pétain est nommé à la tête du gouvernement. Refusant de s’avouer vaincu, il part en Angleterre pour continuer la guerre… de loin.


Il lance alors l’appel du 18 juin, resté célèbre de nos jours. Je vous laisse écouter un extrait :



C’est en Angleterre que De Gaulle va rencontrer Winston Churchill, alors Premier ministre britannique, avec qui il va… disons sympathiser, même si les relations entre eux étaient assez tendues !


Churchill dira de leurs relations : « J'ai pris soin de De Gaulle un peu comme on élève un jeune chien, mais il mord maintenant la main qui l'a nourri. ».


Et De Gaulle dira : « Quand j'ai raison, je me mets en colère. Churchill, lui, se met en colère quand il a tort. Ainsi, nous sommes toujours fâchés l'un contre l'autre. »


En 1943, Charles envoie Jean Moulin créer le Conseil National de la résistance. Celui-ci a juste le temps de le créer avant de se faire arrêter et torturer à mort par les Allemands.


Après le débarquement de Normandie et la capitulation du 8 mai 1945, De Gaulle devient président de la République française.


La guerre est maintenant terminée. Charles devient le chef du gouvernement provisoire qui a été mis en place.


Mais, suite à un conflit avec les partis politiques de gauche, il démissionne un an plus tard.


En 1954, éclate la guerre d’Algérie. De Gaulle essaie surtout d’apaiser les tensions. C’est à Alger, en 1958, qu’il prononce cette phrase passée à la postérité : « Je vous ai compris ! ».


La même année, grâce aux gaullistes, Charles devient président du Conseil des Ministres, ce qui lui permet de rédiger une nouvelle Constitution.


Encore mieux ! Il est nommé président de la République le 21 décembre ! Il est le premier chef d’état de la Ve République.


Mais malheureusement, il démissionne une fois de plus lors de son deuxième septennat.


Suite à l’indépendance de l’Algérie, De Gaulle accordera leurs libertés à plusieurs autres colonies françaises, comme par exemple Madagascar.


Parlons un peu de mai 68. Pour faire simple, les étudiants et les salariés contestent De Gaulle ; ils ne sont pas contents de lui. Ils manifestent dans les rues, en arrachant les pavés pour bombarder les policiers.


En tout, il y aura 7 morts et beaucoup de blessés.


Heureusement, tout finit par s’arranger, De Gaulle ayant dissous l’Assemblée nationale, c’est-à-dire ayant mis fin d’un coup au mandat de cette assemblée.


En 1969, De Gaulle démissionne une nouvelle fois suite à un référendum désastreux en sa faveur.


Il finit par s’éteindre le 9 novembre 1970, chez lui, à Colombey-les-Deux-Églises, là où il est désormais enterré.


J’ai une anecdote amusante à vous raconter. À la base, Charles louait sa maison en viager à une vieille dame… qui est morte un peu après dans sa baignoire.


Sources : Wikipédia, Vikidia, Fondation Charles De Gaulle, Dansnoscoeurs.fr, mai et juin 1968




Comentarios


bottom of page